Pour un contrôle démocratique du CETA

Hier soir, j’ai voté la proposition de résolution qui demande au Gouvernement un vote du Parlement avant toute mise en oeuvre du CETA et d’organiser, si nécessaire, un référendum de ratification.

La fable de la mondialisation heureuse se heurte aujourd’hui partout dans le monde aux dégâts concrets causés par les processus de libéralisation croissante et excessive des échanges commerciaux.