Loi Macron: nos contre-propositions pour de vraies réformes structurelles

Alors que le débat sur la loi Macron débute demain dans l’hémicycle, nous publions, avec mes collègues parlementaires de Vive la gauche!, nos contre-propositions pour de vraies réformes structurelles.

Nous n’ignorons pas que la relance de l’économie ne règle pas l’ensemble des problèmes de notre République, ses inégalités et ses fractures. Mais nous savons que le redressement et la transformation, de notre modèle économique et social sont plus urgents chaque jour.

En 2015, pour faire réussir notre pays, nous proposons un ensemble de réformes réellement structurelles, qui respectent et prolongent les engagements pris en 2012.

Elles se distinguent, par leur nature et leur ampleur, des projets d’inspiration libérale, qui se polarisent essentiellement sur la réduction des budgets publics et entraînent l’affaiblissement des droits des salariés. Ces réformes attaquent à la racine les difficultés du pays, les obstacles au financement des entreprises, les retards des investissements de transitions, et portent une ambition de transformation.

En concentrant les projets actuels, dans la précipitation, sur quelques déréglementations sectorielles, on court le risque de dégâts considérables, pour beaucoup d’entreprises et de salariés. Nous faisons d’autres choix : celui des régulations ciblées, de l’intervention stratégique de la puissance publique, de l’investissement durable dans des secteurs clé, vecteurs de relance économique et de cohésion sociale, au service d’une société plus juste, plus écologique.

Soucieux de traquer les rentes abusives (après l’occasion manquée de renégocier les contrats des concessions autoroutières), nous souhaitons nous y atteler effectivement dans le domaine bancaire.

Conscients des responsabilités de chacun devant la situation réelle du pays, nous proposons de concentrer utilement la dépense publique dans les domaines prioritaires, en particulier le numérique et les énergies renouvelables.

En redéployant les ressources du pacte de responsabilité, nous dégageons les financements nécessaires aux politiques fiscales et sociales synonymes d’investissements réels : des dépenses importantes à court terme peuvent rapporter beaucoup demain, par l’augmentation du taux d’emploi, par l’amélioration de la compétitivité, et par l’avènement d’une société où progressent l’égalité et la cohésion.

Face à la récession -aggravée en 2014- en France et en Europe, le plan d’urgence que nous avons demandé en septembre dernier devient toujours plus nécessaire.

Un nouveau départ pour l’économie française, les moyens de la troisième révolution industrielle, des progrès sociaux à la clé : voilà l’enjeu de cette plate-forme. 

Vous trouverez le détail de nos propositions et le compte-rendu qu’en font Les Echos en cliquant sur le lien suivant: http://www.lesechos.fr/politique-societe/politique/0204107340075-les-frondeurs-du-ps-ne-renoncent-pas-1086631.php

Bonnes fêtes à toutes et tous

À toutes celles et ceux qui me font l’amitié de me suivre :
Voici venu le temps de la pause. Sauf circonstances particulières, je ne m’exprimerai pas avant le 5 janvier. Comme disait Deleuze je crois, pour avoir quelque chose à dire il faut savoir suspendre de temps à autre la communication généralisée… 2014 a été une année marquante, avec le choc des municipales et la “fronde parlementaire” dont j’ai été un des acteurs et dont je tire le bilan provisoire dans un livre intitulé “Quand le Parlement s’éveillera” qui paraîtra le 23 janvier. L’année 2015 redémarrera sur les chapeaux de roue : en circonscription, avec dès janvier la longue et riche séquence des vœux. À l’Assemblée bien sur, avec la discussion sur la loi dite “Macron”. Puis ce sera les cantonales, les leçons qui en seront ou non tirées, le Congrès du Parti socialiste…Beaucoup d’occasions d’agir et de débattre !…

Bonnes fêtes à toutes et tous.